Image d'un fan art de Mary Read

Avant de débuter, sachez que vous pouvez retrouver l’audio de cet article ici: https://histoiresetcompagnie.fr/podcats-des-articles-histoire-piraterie

Vous pouvez aussi retrouver la lecture de cet article, légèrement modifié cependant sur http://www.radiodesballons.com/. Elle passe tous les mercredis à 19 h 10. Sans compter que vous pourrez avoir accès à la rediffusion juste après qu’elle soit passée sur la radio.

Mary Read, une femme pirate

Quand on entend le mot pirate ou piraterie, nous pensons directement aux pirates les plus connus. Barbe Noire, Bart le Noir, la buse, etc. Tous ont terrifié les mers et océans. Cependant, il n’y a pas que des hommes. Des femmes aussi étaient pirates. Mais nous en entendons moins parler, peut-être par machisme ou autres. C’est pour ça qu’aujourd’hui, j’ai décidé de mettre en avant une de ces femmes. Mary Read. Vous la connaissez peut-être de nom mais connaissez-vous sa vie? Je vous propose de plonger dans celle-ci.

De fille à garçon

Mary Jeanne Read est née entre 1685 et 1690 dans le comté du Devon au Sud-Ouest de l’Angleterre. Sa mère est la veuve d’un capitaine de marine disparu en mer. Mary a un frère nommé Willy. Grâce à lui, sa famille touche une pension versée par la grand-mère paternelle.

Cependant, il meurt et pour ne pas se retrouver sans le sou, la mère de la jeune fille, décide de l’habiller en garçon. Elle fait croire que c’est non pas Willy qui est mort mais Mary. De par ce stratagème, mère et fille peuvent continuer à toucher de l’argent, du moins jusqu’aux treize ans de Mary. En effet, la grand-mère meurt à ce moment-là. Elles ne touchent plus rien. Il reste alors deux options. Soit redevenir une fille et suivre la norme, trouver un bon parti, faire des enfants et s’occuper du foyer. Soit obtenir un travail en ce faisant toujours passé pour un garçon, elle choisit cette option.

Image de la carte du comté de Mary Read, Le Devon
Le comté de Devon, au sud-ouest de l’Angleterre. Source: Wikipedia.

Les premiers métiers de Mary Read

C’est ainsi que Mary devint valet de pied, une profession qui regroupe beaucoup de catégories. Elle peut être garde du corps, allez faire une course pour son maître, être serviteur etc. Cela dure quelques années, jusqu’à quelle ai 17 ans. Là, elle saisit une opportunité et s’enrôle à bord d’un navire de l’armée anglaise qui se trouve en Flandre. Elle y combat comme soldat pendant la guerre de succession d’Espagne. Lors de celle-ci, la jeune femme rencontre et tombe amoureuse d’un maréchal des logis qui connaît son sexe. Par contre, les autres soldats et commandants n’en savent rien. Si les deux tourtereaux veulent se marier, Mary doit se révéler. Les femmes étant interdites sur les bateaux ainsi qu’en guerre, sa révélation les obligera à quitter l’armée britannique.

Les deux jeunes gens décident donc de s’établir à Bréda en Flandre. Une ville est commune néerlandaise située dans l’ouest de la province du Brabant-Septentrional. Troisième plus grande province des Pays-Bas. Là, ils ouvriront une auberge qui se nommera les trois fers à cheval. Mais, 4 ans plus tard, son mari meurt et Mary doit mettre la clé sous la porte. Pragmatique, elle décide de revêtir de nouveau des vêtements masculins et se faire appeler Willy Read, comme son frère. Sous ce nom, elle rejoint l’équipage d’un navire hollandais. Or, celui-ci est attaqué par des pirates. Elle suivra ces derniers jusqu’à New-Providence aux Bahamas. Nous sommes en 1718, elle a alors 20 ans.

Image d'une carte du Brabant-Septentrional
Le comté du Brabant-Septentrional. Source: Wikipédia

Débuts dans la piraterie

L’année 1718 est une année qui va changer beaucoup de choses pour Mary et pour les pirates. Woodes Rogers, gouverneur des Bahamas, en a assez. Les routes commerciales ne sont plus sures. Le roi d’Angleterre, Georges Ier décide donc de créer le pardon royal. Il y est stipulé que tout pirate qui se rend aura le droit à une amnistie. Cependant, il devra travailler en tant que corsaire pour la Grande-Bretagne. S’il refuse, il sera recherché et condamné à la peine de mort.

L’équipage que la jeune femme a intégré opte pour la première solution. Ils deviennent corsaires et attaquent les navires espagnols. Mais c’est de courte durée. Un beau jour, une mutinerie éclate au sein de l’équipage qui retombe dans la piraterie. Quelque temps après, elle rencontre Jack Rackham appelé Calico Jack de par ses vêtements fait de calicot très coloré. Il est accompagné de sa femme qui est aussi habillée en garçon. Elle se nomme Anne Bonny. Elle est bien différente de Mary. En effet, alors que cette dernière est issue d’un milieu pauvre et s’est lancée dans la piraterie pour l’argent et pour survivre. La première, quant à elle, est issue d’une famille bourgeoise irlandaise, son père s’appelait William Cormac et était avocat. Elle a rejoint la piraterie par esprit d’aventure.

Un jour, Jack Rackham découvre que Willy Read ne s’appelle pas vraiment Willy Read. De plus, ce n’est pas un homme. Les sources divergent sur la façon dont il a découvert ceci mais cela n’empêchera pas Calico de garder Mary dans son équipage. Après tout, il y avait déjà une femme, pourquoi pas deux?

Image du drapeau de Calico Jack
Drapeau de Calico Jack. Il a échangé les deux tibias contre deux sabres.

Attaques et fourberies

Peu de temps après, l’on envoie des bâtiments de guerre à leur poursuite pour les arrêter. Les trois compères n’en ont que faire et continuent d’attaquer et de piller les navires qui passent près d’eux. Ils ont deux objectifs. Le premier, attaquer des esquifs de pêcheurs afin d’obtenir des denrées et gonfler l’équipage. Le deuxième, s’en prendre aux goélettes pour enrichir le bulletin global.

Parmi tous ces bateaux attaqués, deux navires sont importants. À bord de l’un, un charpentier du nom de Matthews est capturé. Il deviendra l’amant de Mary et le père de son enfant. D’ailleurs, une légende existe. Alors que Matthews est provoqué en duel par un matelot de l’équipage suite à une chamaillerie, Mary se serait arrangée pour obtenir un combat avec ce dernier avant celui de son amant. En effet, elle savait qu’il n’était pas très fort avec une arme et qu’il risquait d’y rester. Mary gagne le combat et tue le pirate. Matthews est sauvé.

Le deuxième navire important est le Royal Queen. Celui-ci appartient à Chidley Bayard, l’ancien amant d’Anne Bonny. Il est commandé par le Capitaine Hudson. La femme réussit à séduire ce dernier et à le convaincre de la prendre avec lui à bord. Là, elle réussit à le droguer ce qui lui permettra d’éviter de passer la nuit avec lui. Dans la pénombre, Anne asperge d’eau les mèches des canons et retourne sur le Revenge. Le jour suivant, le combat s’engage. Le bateau ne peut pas se défendre, la bataille gagnée d’avance ne fera qu’une victime, le capitaine Hudson, tué par Mary.

Gravure représentant Mary Read vers 1710
Gravure représentant Mary Read vers 1710. Source: Wikipédia.

L’affrontement ultime de Mary Read

En octobre 1720, plus précisément le 21, Mary à trente ans. le gouverneur de Jamaïque, Sir Nicholas Lawes n’en peut plus de tous ces pirates. Il fait armer un navire et met à son commandement Jonathan Barnet afin d’arrêter Calico Jack et sa bande. Pour ce faire, il a une stratégie, patienter jusqu’à que le Revenge s’arrête et que l’équipage ce soûl. Ainsi, le commandant et son équipe pourront alors les prendre par surprise, anéantir l’équipage et capturer Calico Jack.

Le jour J, le plan est mis en action et tout se passa comme prévu enfin presque. En effet, deux femmes armées d’un pistolet et d’une machette résistent. Le capitaine et le reste de l’équipage se sont réfugiés dans la cale. Pendant plus d’une heure, Mary et Anne se battent, pour elles, c’est l’affrontement ultime. D’ailleurs, elles réussissent à tuer plusieurs soldats mais elles sont seules et, à bout de forces, elles déposent les armes. La bande de Calico Jack est enfermée en Jamaïque dans la prison de Santiago de la Vega, appelée aujourd’hui Spanish town. Elle attend son procès.

image de la carte de la Jamaïque
Carte de la Jamaïque. Source: ibiladi.com

Le procès

Le 16 novembre 1720, Calico et sa bande sont convoqués pour leur jugement. Cependant les deux femmes ne sont pas présentes puisqu’un autre est réservé pour les personnes féminines. Calico tente de plaider innocent mais c’est un échec. Il est pendu avec les autres pirates.

Le 28 novembre c’est autour de Mary et Anne d’être jugées. Elles seront aussi condamnées à la pendaison or les deux femmes affirment êtres enceintes. Il est interdit de pendre une femme enceinte sauf si c’est une esclave. Leur peine est donc repoussée jusqu’à la naissance de leur enfant.

Cependant en avril 1721, Mary meurt d’une fausse couche ou de la fièvre jaune. Le 28 Avril de cette même année, il est attesté par les archives de la paroisse Sainte-Catherine, en Jamaïque, qu’une certaine Mary Read est enterrée à Port Royal. Anne Bonny quant à elle, est graciée, sans doute aidée par la réputation de son père. L’histoire n’a plus aucune trace d’elle à partir de ce jour. Il est dit cependant qu’une fois sortie de prison, Anne aurait repris la vie qui lui était prévue. Le mariage, les enfants et s’occuper de la plantation que son père avait acquise.

Représentation de Anne Bonny
Représentation de Anne Bonny

Conclusion

Il faut savoir qu’au fil des siècles, des légendes se sont mélangées aux faits réels. Des doutes sont donc apparus sur la vie de Mary, Anne et Jack.

En effet tous les témoignages présents sont ceux qui ont été reporté lors de leur procès. Ainsi plusieurs légendes affirment que Mary, avant de tuer sa victime, lui montrait sa féminité afin de prouver qu’une femme peut être plus forte qu’un homme. Une autre légende raconte qu’Anne et Mary entretenaient une relation amoureuse, vrai ou faux, on ne le saura jamais. Mais l’on a pu voir que deux femmes de deux mondes différents ont pu créer une amitié extrêmement forte. De plus, elles ne vivaient, au fur et à mesure du temps que pour le code des pirates:

Chaque voie compte

Le butin est partagé

Il y a une bonne assurance-maladie

Il semblerait donc que les avantages étaient nombreux et les esprits plus ouverts, chose à prendre avec des pincettes. En effet, il ne faut pas oublier que les femmes y étaient totalement interdites. D’ailleurs, et je finirais sur cette anecdote. Jack Rackham avant d’être pendu, voulut dire quelques derniers mots à Anne Bonny qui lui aurait répondu: si vous vous étiez battus comme un homme vous n’auriez pas à mourir comme un chien.

Image de Mary Read à gauche, Anne Bonny au milieu et Calico Jack à droite.
Représentation de Mary Read à gauche, Anne Bonny et Calico Jack à droite. Source: Chris Collingwood/www.collingwoodhistoricart.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *